Trente-six drapeaux, la musique Blé d’Or et Sol Natal, une assistance nombreuse ont rendu un hommage émouvant à Albert Mottard, tué en Algérie le 28 novembre 1959.

Il avait 22 ans. Il n’avait pas choisi d’aller sur cette terre d’Afrique du Nord. Il fut incorporé en septembre 1957 et a rejoint la 101e compagne d’Extansion de transmission à Oran où il fut nommé Sergent. A 15 jours de la libération, avec ses amis Gaby, Camille, Roger, il fêtait la fin de leur temps à Oran. « Albert avait des projets. Il voulait voir Alger et rentrer en France en avion. Près de la place Hoche, nous nous sommes retrouvés au milieu d’un échange de tir d’arme automatique. Albert s’est effondré touché à la tête par une balle perdue. Transporté en avion à Alger, il est décédé dans la nuit » raconte Roger Bodin. A Saint Pierre, tout le village connaissait ce jeune homme à la foi ardente et toujours prêt à rendre service qui écrivait peu de temps avant sa mort: « Quand on entend plus parler que de choses neutres et insignifiantes, le niveau spirituel va en décroissant ». Ces camarades de combat, ses amis, sa famille « Il exerçait une grande influence sur nous ».

Une cérémonie nécessaire au devoir de mémoire

Albert Mottard fait parti des 11 tués du canton de La Châtaigneraie pendant la guerre d’Algérie. « Cet hommage est nécessaire au devoir de mémoire. Nous n’avons pas le droit d’oublier. Tous accomplissaient leur devoir et ce n’est que 40 ans après le début des événements que l’Etat a reconnu enfin la guerre d’Algérie. N’oublions pas que les peuples cessent de vivre lorsqu’il cessent de se souvenir » affirme Yvon Dupuis, vice-président de l’Union Nationale des Combattants représentant le président départemental . « Il faut transmettre aux jeunes que la liberté dont on jouit aujourd’hui a été acquises par le sang versé » ajoute en conclusion Philippe Rocher, maire de la cité.

Les photos dans la galerie du site http://vendeeinfos.com