Alain Burgaud, vice-président départementale de la Vendée a été élu brillamment (3e de France) au Conseil d’Administration Nationale de l’UNC. Félicitation au major qui a su convaincre par le cœur un auditoire difficile car au conseil national, il n’y a que 30 membres et avec lui trois vendéens soit 10% de l’effectif, font parti de ce conseil. A ce congrès de Colmar, la Vendée était bien représentée. Hormis, les dirigeants : Michel Leboeuf, Gérard Moureuil, Alain Burgaud, une quinzaine de vendéens, membres du conseil départementale et portes drapeaux, avaient fait le déplacement accompagnés de leur épouses .

Le départ, à trois heures du matin le vendredi , se fit dans le calme. Cela a commencé à s’animer après petit déjeuner pris à Blois.. Pas encore de chant mais on renouait les relations. Au fur et a mesure de la journée, l’ambiance s’est épanouie. Il est vrai que le déjeuner à Baume fut excellent, le vin de la région ayant une réputation n’étant plus à faire… Enfin, vers 17h, arrivée à Colmar. Après un diner, quelques courageux ont visité Colmar by night… C’est magnifique.

Le lendemain, visite de la région. Les vendéens sont allés au Mémorial d’Alsace-Moselle dans la vallée de la Bruche. Visite émouvante où sont décrites toutes les souffrances, les douleurs de l’Alsace et de la Moselle lors des conflits de la fin du XIX et du début su XXe siècle et lors des occupations allemandes. Les Alsaciens et les Mosellans ont su résister, montrer que leur attachement à la France était ancré au plus profond d’eux même. Ils l’ont signé avec leur sang. Moment d’émotion, moment de recueillement.

Le déjeuner, quoique un peu long, fut excellent.. Le retour sur Colmar se fit par la route des Crêtes. Un regret unanime : 3 heures de car et personne n’a rien vu.. Il eut été plus sympathique de visiter pendant une heures un village fleuri, d’aller , pour ceux qui le voulaient (et il y en avait), visiter une cave et gouter à ce nectar qu’est le vin d’Alsace.
Le dimanche fut marqué par les cérémonies du congrès (CF article sur le congrès). A 13h, notre ami Alain a trinqué à son succès. Ce fut avec plaisir car nous sommes sur qu’avec cet homme de conviction , l’UNC et les Soldats de France, sont dans de bonnes mains.
Le retour se fit dans le silence.. mouais ! Le car a rejoint la Roche sur Yon vers 5h du matin. Ce fut un excellent week-end montrant une fois encore l’unité de cette grande famille qu’est l’Union Nationale des Combattants.